Mastering audio / mastering CD-VINYL : questions fréquentes

Nos ingénieurs mastering rassemblent ici les questions les plus fréquemment posées et les problèmes récurrents rencontrés lors du mastering audio. Les réponses sont formulées de façon simple et compréhensible et de nombreux liens complémentaires sont disponibles pour vous permettre d’approfondir un sujet en particulier si vous le désirez.

NOUVEAUX TARIFS ALBUM
MASTERING CD & MASTERING VINYL
PLUS AVANTAGEUX !!

Doit-on parler de mastering ou de pré-mastering ?

A NOTER : la réponse suivante concerne le pressage CD. En effet, dans le monde du pressage vinyl, le terme « pré-mastering » revêt une réalité différente.

CAS N°1 : Vous ne disposez pas d’une bonne tasse de café bien chaud…Nous vous conseillons d’aller directement à la conclusion (ou de ne lire que les passages en gras).

CAS N°2 : Vous disposez d’une bonne tasse de café bien chaud, n’avez pas pour habitude de ne lire que les textes en gras et souhaitez une bonne fois pour toutes savoir lequel des deux termes utiliser… très bonne lecture à vous.

Depuis de nombreuses années, par vagues plus ou moins aiguës, ressurgit à la surface du monde de l’audio en France une question récurrente : doit-on, en tant qu’artiste, ingénieur (etc…) parler du «mastering» ou du «pré-mastering» que nous allons effectuer en studio ?

La position privilégiée dont bénéficie Master Lab Systems en France depuis 1997, disposant à la fois d’un studio de mastering audio et évoluant en tant qu’acteur de l’industrie du pressage CD, nous conduit naturellement à essayer de vous éclairer humblement dans cet océan d’interprétations :

Certains studios de mastering français précisent que l’on devrait définir leur activité comme du pré-mastering, arguant du fait que le mastering réel est réalisé, lui, en usine…

Les choses ne sont pas si simples. Aucune usine de pressage n’utilise en effet le terme «mastering» pour la création de votre matrice…mais le terme «glass-mastering». En outre, les usines de pressage emploient régulièrement le terme de «pré-mastering» pour définir l’étape de vérification et de contrôle qualité du support CD qui leur est envoyé…

Avez-vous déjà acheté un disque anglo-saxon mentionnant «pré-mastering by XXXX at XXXX studio». La réponse est non… et la raison est toute simple : pour les anglo-saxons, lorsque vous réalisez un disque en tant qu’artiste vous faites partie, à raison selon nous, du monde de l’audio et non du monde de l’industrie du pressage CD…

En effet, les exemples de mots anglais recouvrant des réalités très différentes sont légion et les anglo-saxons ont pour habitude de lier instinctivement chaque mot à l’activité le concernant, dégageant sa signification en fonction du contexte.
Pour ce faire, les anglo-saxons partent du principe simple du non-mélange des activités : le monde de l’audio appartient au monde de l’audio, le monde du pressage CD à l’industrie du pressage CD, etc… Selon eux, et du point de vue de l’auteur, compositeur ou interprète, c’est bien la démarche artistique qui fait naître votre CD et non la technique de production.

La langue anglaise définit un master comme la pièce finale ou maîtresse d’un processus, quel qu’il soit. Pourquoi parler des techniques de production d’un produit au sein de celui-ci alors qu’il ne revêt que des considérations artistiques…Dans un CD anglo-saxon, le terme de «mastering» issu d’un studio de mastering parle à tout le monde de la même manière : il s’agit de la phase finale d’un processus artistique, de l’ensemble des travaux réalisés sur votre mixage final dans un studio de mastering afin de faire naître votre pièce maîtresse : le CD master.

Le cas français :

Dans la langue française, les termes génériques utilisés dans chaque domaine d’activité pouvant recouvrir des réalités différentes font souvent l’objet de requalifications internes à chaque secteur.

Le français est une langue descriptive et, en cela, infiniment plus complexe que l’anglais. Elle n’a pas pour habitude de définir des mots de manière contextuelle. Un terme identique définissant deux réalités distinctes est ainsi plus rare dans la langue de Molière.

Le terme «mastering» n’ayant pas encore été «francisé», nous pourrions le qualifier comme «l’action d’apporter sa maîtrise» lorsque l’on parle d’un être humain et comme «l’utilisation d’une technique éprouvée et maîtrisée» lorsque l’on parle d’un processus. Il convient donc de respecter une hiérarchisation chronologique des évènements et de se placer UNIQUEMENT DU POINT DE VUE DU SENS STRICT DES TERMES appelé par la langue de Shakespeare.

Ainsi, si vous faites partie du seul monde de la musique :

1. le pré-mastering représentera l’ensemble des travaux de modifications éventuels apportés à votre mixage final en vue d’optimiser votre futur séance de «mastering». Vous pourrez par exemple, à l’issue d’une concertation avec votre futur ingénieur de mastering, choisir de modifier la dynamique appliquée à votre bus master (à des fins autres qu’artistiques) ou encore de revenir sur un choix de dithering ou de normalisation. En résumé, toute modification de votre mix final visant à supprimer des moyens employés artificiellement, et non artistiquement, pour rendre l’écoute comparable à des disques du commerce pourra être considéré comme un pré-mastering (un travail précédant le mastering).

2. le mastering représentera, quant à lui, l’ensemble des travaux réalisés sur votre mix final en studio de mastering pour créer votre CD master (homogénéité générale, dynamique générale, niveaux psycho acoustiques, dithering et conversion, temps entre morceaux, respect des normes Red-book, etc…)

3. le pré-glass-mastering représentera l’ensemble des travaux de contrôle qualité réalisés en usine de pressage CD visant à vérifier la validité technique du CD master réalisé en studio de mastering

4. le glass-mastering (littéralement «création d’un maître de verre») représentera la fabrication, à partir de votre CD master dûment contrôlé, d’une matrice qui servira de «moule» pour votre pressage de CD.

Et, de manière identique, si vous faites partie du seul monde de l’industrie du pressage CD :

1. le pré-mastering représentera l’ensemble des travaux de contrôle qualité réalisés visant à vérifier la validité technique du support CD envoyé à des fins de fabrication (audio aussi bien que rom).

2. le mastering représentera la fabrication, à partir de votre CD master contrôlé, d’une matrice en verre qui servira de «moule» pour votre pressage de CD.

Nous voici face à 2 listes entrant en conflit sur les termes «pré-mastering» et «mastering» car qualifiant de façon identique 2 activités bien distinctes, issues de 2 mondes différents.

Il nous faut donc, pour respecter l’esprit de ce terme importé, faire appel aux éventuelles qualifications originelles anglo-saxonnes et dégager des actions concrètes issues des réalités de chaque secteur, à l’image de ce qu’un juriste pourrait faire devant une absence de loi ou de jurisprudence : se reposer sur les faits les plus anciens.

Dans le cas présent du terme «mastering» relatif à ces deux mondes que sont la musique et l’industrie du pressage CD (et devant l’impossibilité évidente d’élire un aîné parmi de ces deux activités issues de la naissance du commerce des disques), le fait le plus ancien et de loin le plus établi, correspond à l’appellation donnée, depuis sa naissance, au travail de mastering au sein des usines de pressage CD (CD manufacturing plants ou CD pressing plants), à savoir le «glass-mastering». Les personnes chargées de cette étape au sein des usines de pressage CD la qualifie ainsi en raison de la matière particulière de la matrice (le verre) qui servira de moule (master) pour votre pressage CD.

En découle une suite logique et évidente :

1. le terme le plus anciennement «qualifié» au sein de ces deux secteurs fut le mastering usine, soit le «glass-mastering» (la fabrication du support CD-ROM [1979] est antérieure au support CD audio [1982]).
2. les diverses opérations de vérifications effectuées afin de préparer le «glass-mastering» sont donc tout simplement qualifiables de «pré-glass-mastering».
3. le mastering audio du support CD destiné à être fabriqué, dégagé de sa double signification, garde son appellation originale de mastering.
4. l’ensemble des étapes visant à préparer et optimiser le travail qui sera effectué en mastering est qualifiable de «pré-mastering».

Conclusion :

Afin d’adopter définitivement les appellations ainsi retenues et, par là même, valider notre démonstration, il convient de se situer d’un point de vue totalement extérieur à ces 2 secteurs. Pour le monde de l’audio nous concernant, la chronologie des événements amènerait toute personne soucieuse d’être claire et de respecter la langue française, de parler de :

. pré-mastering audio
. mastering audio
. pré-mastering usine
. mastering usine

Les anglo-saxons nous ayant légué le qualificatif supplémentaire équivalent au mastering usine qu’est le glass-mastering et en l’absence de terme encore traduit, il apparaît tout à la fois conforme à l’esprit de la langue française et de la langue anglaise de qualifier les termes en fonction de la hiérarchie des évènements (et non l’inverse) lorsque l’on parle de mastering audio soit :

. pré-mastering
. mastering
. pré-glass mastering
. glass-mastering

Vous remarquerez que, dans les 2 cas respectant une chronologie logique, on parle de mastering ou de mastering audio pour qualifier l’activité d’un studio préparant le CD master destiné à être ensuite fabriqué…

C’est justement le nom que Master Lab Systems (à l’instar des anglo-saxons) donne à l’activité de son studio : le mastering (pour les personnes issues du monde de l’audio) ou le mastering audio (pour toute autre personne).

Il est enfin à noter, à ce sujet, qu’il est fréquent d’entendre nos ingénieurs répondre de façon naturelle, à quelqu’un connaissant le monde de la musique, qu’ils effectuent un travail de mastering… de la même manière qu’ils répondront de façon naturelle à quelqu’un de totalement étranger au monde de la musique qu’ils effectuent un travail de mastering audio ou mastering CD (précisant instinctivement l’activité au sein de laquelle se situe leur domaine de «maîtrise»).

Mastering, mastering audio ou mastering CD…à vous de choisir….mais nous parlons bien, dans tous les cas, de mastering.

Qu’est-ce que le mastering audio ? A quoi sert un mastering audio ?

Le mastering audio désigne l’ensemble des traitements audio appliqués à vos morceaux avant leur commercialisation, leur diffusion ou leur exploitation.

Intervenant après le mixage, l’étape du mastering audio a pour but d’homogénéiser (étalonner) l’ensemble de vos morceaux afin d’offrir un rendu cohérent de ces derniers sur un maximum de supports d’écoute.

Suivant votre esthétique musicale et la direction artistique choisie pour chaque titre, l’étape du mixage peut entraîner des différences de dynamique importantes entre vos différents morceaux. Le mastering audio permet de rendre cet ensemble plus homogène.
Il vise également à corriger le spectre et la dynamique de chaque morceau pour le rendre intelligible (les écarts entre «moments forts» et «moments faibles» au sein d’un même titre peuvent rendre ce dernier quasiment inaudible sur certains systèmes comme les autoradios par exemple).

Le mastering audio s’articule autour des opérations suivantes :

. l’édition du son (fades, silences, dithering, organisation des plages…)
. les corrections dynamiques (compression, limitation…)
. les corrections spectrales (égalisation, compression multi bandes…)
. les corrections spatiales (élargissement de l’image sonore…)

Considéré un mastering audio comme une mise en conformité purement technique serait une erreur. S’il vise d’un coté technique à traiter de manière optimale l’œuvre originale, à conserver l’énergie du jeu, de la composition et du mixage, le mastering audio repose également sur les différentes directions artistiques et esthétiques plus ou moins marquées qu’un ingénieur de mastering expérimenté sera à même de vous proposer.

Ainsi, un mastering audio est l’occasion de partager un long processus de création avec quelqu’un d’extérieur et de compétent, qui saura vous aider à finaliser votre projet avec une oreille à la fois neuve et aiguisée. Enfin, dans le cas d’un mastering CD, un travail de mise en conformité du format aux normes techniques requises pour le pressage en usine vient s’ajouter au travail de traitement audio (respect des normes Red-book [CD audio] ou Blue-book [CD extra], codes ISRC éventuels, CD text…).

Analogique ou numérique ? Quelle différence entre votre matériel et mes plug-ins ?

L’analogique et le numérique ne s’excluent pas.

L’activité de mastering audio s’étant généralisée avec l’arrivée du CD audio (donc numérique), on peut dire qu’ils sont, aux yeux d’un studio de mastering, indissociables.

Cependant, l’utilisation de certains matériels analogiques haut de gamme dans une chaîne de traitement dédiée au mastering reste une solution optimale. En effet, si certain appareils analogiques ont été émulés avec succès, la bande passante et la dynamique des modèles analogiques restent supérieurs à n’importe quel plug-in.

De plus, si ces appareils sont couplés à de bons convertisseurs (conversion du signal numérique en signal analogique pour passer dans les appareils analogique puis conversion du signal analogique en signal numérique), le niveau maximum obtenu avant saturation reste supérieur à une solution uniquement software.

Enfin, il est important de préciser qu’au-delà du matériel de traitement en lui-même, un studio de mastering audio dispose d’écoutes calibrées au sein d’une pièce traitée acoustiquement dans le but d’obtenir la restitution la plus neutre possible de votre signal.

C’est donc l’ensemble de la chaîne audio, sa cohérence et sa faculté à bénéficier des avantages des deux mondes (analogique et numérique) ainsi que la somme des moyens mis en œuvre dans le but de restituer votre signal avec le plus de neutralité possible qui détermine la qualité du mastering.

Combien de temps faut-il pour faire un mastering audio ?

Le temps est variable selon la qualité et l’homogénéité du mixage.
En moyenne, il faut compter entre 6 et 8 heures pour un album de 12 titres.

Dois-je être présent lors du mastering audio ?

Votre présence n’est pas obligatoire mais elle est souhaitable. Certains styles musicaux peuvent nécessiter une prise de partie esthétique de la part de l’ingénieur du son. Votre présence est alors très utile.

Il est par contre préférable de ne pas être plus de 3 personnes (ingénieur son compris), lors du mastering dans un souci évident d’efficacité et de concentration.

Quelles sont mes garanties en cas de e-mastering ou si je suis absent lors du mastering audio ?

Si vous êtes absent lors du mastering audio ou si vous faites appel à notre service de e-mastering, l’ingénieur de mastering prendra toujours le temps de vous contacter pour faire un point sur vos mix et la direction à prendre pour le mastering.

Vous pourrez ainsi vous assurer de son implication dans le travail qu’il accomplira pour vous et échanger avec lui des points de vue sur les éventuelles options à prendre.

Une fois le mastering audio réalisé, vous recevrez un B.A.T (Bon A Tirer) sous forme de CD audio ou, pour le e-mastering, sous forme de fichiers .wav pré-montés dans l’ordre (qualité CD optimale), afin de pouvoir écouter le travail effectué par l’ingénieur de mastering en charge de votre projet.

Il est à noter que, si votre mastering est réalisé dans le cadre d’un pack (forfait) album ou maxi, il est possible de demandé des modifications à l’ingénieur mastering sans facturation supplémentaire (sauf si vous opérez des changements sur vos mix).

Dois-je compresser mes mix ? / Puis-je compresser mes mix ?

On peut être amené à compresser son mix pour des raisons esthétiques. Utiliser une tranche SSL sur son bus master pour donner un «grain» à ses morceaux peut être utile.

Si la compression en fin de mix n’a pour but que de rendre l’écoute comparable à des disques déjà masterisés, il vaut mieux la supprimer avant le mastering définitif pour que l’ingénieur puisse agir de manière plus profonde et plus efficace.

En tout cas, si ce traitement vous semble nécessaire, n’hésitez pas à nous faire parvenir un morceau afin que l’ingénieur évalue la marge de manœuvre qu’il lui reste pour effectuer votre mastering audio.

Dois-je appliquer un dithering ou convertir ma fréquence d’échantillonnage avant le mastering audio ?

Notre chaîne audio-numérique est conçue et optimisée pour vous offrir un dithering de qualité.

Le mieux est de ne pas appliquer de dithering ou convertir vos fréquences d’échantillonnage et de nous fournir des fichiers à la résolution et l’échantillonnage auxquels vous avez mixé.

Pourquoi faut-il éviter les formats compressés ( MP3, AAC...) ?

La finalité de la compression d’un fichier est d’en diminuer la taille pour le rendre plus facilement transportable. On utilise pour cela des logiciels qui vont «trier» les données audio-numériques pour ne garder que «l’essentiel» (sic).

Généralement, le résultat se traduit par une bande passante réduite dénaturant plus ou moins violemment la qualité des graves et des aigus.

Le mastering ayant notamment pour but d’optimiser le volume des morceaux tout en respectant l’équilibre dynamique de ceux-ci, si l’équilibre dynamique est préalablement réduit, la qualité du mastering s’en trouve mécaniquement réduite.

Les fichiers compressés sont donc à proscrire.

Qu’est-ce que le CD-Text ?

logo CD textIncorporé dans le signal numérique du CD audio, le CD-Text apporte des informations à l’auditeur sur chaque piste.

Il permet l’affichage du nom de l’artiste, du titre de l’album et du titre du morceau en cours sur les lecteurs
disposant de cette option.

Mes infos CD-Text ne s’affichent pas sur Windows media player ou iTunes, est-ce normal ?

Ceci est normal.

Étant donné que les lecteurs Windows Media ou iTunes ne prennent pas en charge la norme CD-Text, les CD audio que vous lirez avec ce logiciel ne feront pas apparaître les informations de texte qu’il contient.
La norme CD-Text ne concerne que les appareils Hi-Fi (autoradios, chaînes Hi-Fi, lecteurs CD-DVD de tous types…). En outre, Il est à noter que tous les appareils Hi-Fi ne disposent pas tous de cette fonctionnalité.
Les lecteurs multimédia informatiques (Windows Media Player, Winamp, VLC, etc…) reposent sur 2 bases de données en ligne distinctes : Gracenote CDDB © et FreeDB ©.

A quoi correspondent les bases de données Gracenote CDDB © et FreeDB © ?

logo gracenote & FreeDB.orgGracenote CDDB © (CD Data Base / base de données CD) et FreeDB © (Free Data Base / base de données gratuite) sont des bases de données en ligne qui permettent d’obtenir le nom des albums, le titre des morceaux et autres informations sur les CD audio. Une écrasante majorité de logiciels capables de lire de la musique sur un ordinateur se connectent à ces 2 bases de données afin d’y rechercher les informations concernant votre CD. Cette démarche vise à faciliter la sélection, le classement et la consultation des morceaux d’une bibliothèque musicale.

Vous devez vous-même renseigner les bases de données Gracenote © et FreeDB © afin d’y enregistrer les informations relatives à votre CD. De cette manière, toute personne connectée à internet pourra recueillir ces informations lorsqu’elle écoutera votre disque. Lors d’un processus de renseignement auprès d’une de ces 2 bases de données, chaque CD audio se voit attribuer un identifiant unique appelé «DiscID». Cet identifiant, codé sur 32 bits, est calculé à partir des données suivantes : durée totale du disque, nombre de plages du disque, durée de chaque plage. Ces paramètres expliquent pourquoi il arrive quelquefois qu’un logiciel vous demande de faire un choix parmi 2 «DiscID» très proches.

Afin d’en savoir plus sur ces 2 bases de données pour CD audio, vous pouvez consulter le site de Gracenote ainsi que le site de FreeDB.org.

NOUVEAU : Prise en charge complète de votre référencement
Master Lab Systems se propose de référencer votre CD audio dans les règles de l’art auprès des bases de données internationales et d’accompagner ce référencement d’une preview de votre pochette.

A quoi correspond un code ISRC ? Quand et comment s’insère-t-il ?

Le code international normalisé des enregistrements, en anglais «International Standard Recording Code», est l’outil de reconnaissance international retenu pour identifier les enregistrements sonores et audiovisuels. On parle communément de code «racine» ISRC, puisqu’ incorporé dans le signal des supports numériques. Cette insertion de code n’est pas automatique. Elle doit répondre à une volonté de votre part ou de celle de votre éditeur, label, producteur…

Le code ISRC n’est pas destiné à identifier un enregistrement mais à immatriculer le support lui-même (phonogramme et vidéo musique). Il a pour but de faciliter la gestion de l’ensemble des droits liés aux oeuvres musicales (contrôle de la reproduction, de la radiodiffusion, de la communication au public de chaque titre…) et est utilisé, à ce titre, répartir les rémunérations perçues aux ayants droit.

Lorsque vous disposez d’un code ISRC, ce dernier s’insère à la toute fin d’une séance de mastering, lors de la sortie du CD master. En France, l’obtention d’une racine ISRC se demande auprès de la SCPP (Société Civile des Producteurs Phonographiques).

Vous pouvez consulter le site de la SCPP pour afin d’en savoir plus sur les conditions d’attribution d’un code ISRC pour votre futur pressage CD ou DVD.

J’hésite entre deux mix du même titre, puis-je apporter / envoyer les deux ?

Absolument.

L’ingénieur de mastering a l’habitude de travailler sur une quantité importante de projet de tous horizons.
Il pourra, à ce titre, apporter une interprétation plus objective à votre travail et vous aider, le cas échéant, à faire votre choix.

Le mastering vinyl est-il différent du mastering CD ?

Pour un disque vinyl, le traitement diffère effectivement ainsi que les étapes d’un mastering vinyl qui sont plus étendues (Pré-mastering/Editing/Gravure…).

Pour les disques vinyls, par exemple, il est important de connaître la qualité du support sur lequel le master sera gravé. Un disque vinyl «low-cost» est souvent mince, voire très mince… Or, la possibilité de reproduction des fréquences graves du format analogique qu’est le vinyl dépend de son épaisseur… Ainsi, pour les vinyles, plus les graves sont importants, plus la gravure doit être profonde. On comprend que si le support est trop mince, la gravure d’infra basses risque de poser problème.

Master Lab Systems propose un service de mastering vinyl afin de répondre au mieux aux exigences particulières du support. Le mastering vinyl demande une étude particulière de certains points techniques inhérents au format (choix de l’ordre des morceaux en vue d’une optimisation de la dynamique et de la qualité de la retranscription sonore, temps maximum par face…) ainsi qu’une connaissance précise des frontières de reproduction sonore du disque microsillon (basses fréquences, égalisation, corrélation de phase, analyse spectrale, dispersion de l’énergie, compression, optimisation des niveaux …).

Un travail spécifique d’editing-mastering est réalisé sur chacun de vos titres afin d’obtenir une restitution optimisée pour le support vinyl.

La double approche mastering CD / mastering vinyl vous permet de surcroît, et d’un point de vue purement technique, de mieux appréhender les espaces de créations sonore réservés à chacun des supports.

Si vous le désirez, vous pouvez CONSULTER NOTRE FAQ PRESSAGE VINYL afin d’en savoir plus.

Est-il possible d’apporter les voix séparées pour en régler le niveau indépendamment au mastering ?

Le travail de la voix est une étape sensible dans un mixage.

C’est l’instrument auquel la plupart des auditeurs est le plus sensible.
En cas de doute, il vous est possible de nous fournir un mix séparé des voix et de l’instrumental, de façon à pouvoir, si besoin, retoucher la piste de voix.

Dans ce cas, veillez bien à exporter voix et instrumentaux à partir du même time-code de départ, pour un recalage des pistes rapide et parfait.

L’ordre des morceaux doit-il obligatoirement être déterminé avant le mastering ?

Il est préférable que l’ordre des morceaux soit déterminé avant le mastering.

En effet, un disque ressemble un peu en cela à un discours. Il a un début, un développement et une fin.
Un ordre aléatoire peut perturber l’écoute de l’auditeur car il risque de rendre inintelligible le propos du disque.

Si vous avez, malgré tout, des doutes sur certains enchaînements, l’ingénieur de mastering pourra évidemment vous aider à faire votre choix.

Puis-je amener mes morceaux fusionnés sur un seul fichier ?

Vous pouvez amener un fichier témoin entièrement monté si vous avez une idée précise du montage de l’album.

Mais il est essentiel d’amener également les fichiers mixés d’origine.

Le fichier fusionné ne servira pas pour le son mais simplement comme repère en fin de journée afin de reproduire les enchaînements auxquels vous avez pensé.

Dois-je normaliser mes fichiers avant le mastering ?

Non.

Comme vu précédemment, le sens même de recourir à une chaîne dédiée mastering audio réside justement dans la possibilité qu’aura l’ingénieur d’agir le plus efficacement possible sur votre mixage.

Dois-je effectuer mes fade-out avant le mastering ?

Les traitements effectués lors du mastering modifierons l’effet des fades.

Il sera donc nécessaire de les refaire lors du montage.

Cependant, ceux-ci peuvent nous servir d’indication pour le montage final.

Combien de temps mon projet restera-t-il archivé ?

Une fois le master sorti et les disques pressés, votre projet est archivé de façon à ce que vous puissiez le retrouver des années plus tard si besoin.

Nous gardons tous nos travaux depuis l’ouverture de notre société en 1997 mais ne pouvons en aucun cas garantir la fiabilité des supports d’archives (CD ou DVD).

Mastering en mon absence ou e-mastering, quel délai entre mon envoi de fichiers et la réception du master ?

Cela dépend des périodes, il faut compter en moyenne entre 3 et 8 jours pour que vous puissiez recevoir votre Bon-A-Tirer CD ou vos fichiers .wav (pré-montés dans l’ordre) résultant du mastering.

Cela peut également être plus rapide sur simple demande auprès de notre studio, en fonction du planning en cours.

Dans tous les cas, nous ferons notre maximum pour respecter vos délais.

Besoin d’aide ?

Nous répondons à toutes vos questions et demandes, par mail ou par téléphone.

02 40 48 14 58

De lundi au vendredi de 09H30 à 13H00 et de 14H00 à 19H00

Quelle sécurité offre votre serveur pour mes fichiers ?

serveur sécurisé e-mastering master lab systemsLa question de la sécurité de vos fichiers est tout aussi importante à nos yeux qu’elle l’est pour vous. Nous avons donc opté pour une solution totalement fiable vous apportant le maximum de garanties possibles.

1. Master Lab Systems dispose de sa propre plate-forme de stockage totalement indépendante. Ainsi, et contrairement à un envoi en pièce jointe par email ou via une plateforme d’échange de fichiers comme cela se fait beaucoup, votre fichier ne transite que par notre plate-forme sécurisée, sans autre intermédiaire.

2. La confidentialité des données entre votre ordinateur et notre serveur est garantie par l’utilisation du protocole de sécurisation des échanges SSL crypté en 128 bits.

3. L’accès serveur est sécurisé par un processus d’identification par login et mot de passe.

4. Vous disposez de votre dossier personnel lors de l’accès serveur et n’accédez ainsi qu’à vos fichiers.